LE CONSEIL GENERAL DE LA CORREZE SE POSITIONNE

Ce Jeudi 10 janvier 2013 de 09h30 à 12h00, Monsieur Gérard Bonnet, Président du Conseil Général de la Corrèze a reçu une délégation de notre association, ALLASSAC ONGF, renforcée par la présence à nos côtés des agriculteurs de PHYTO VICTIMES.
Après plus de six ans d’engagement dans la lutte contre les pesticides, notre association qui a bénéficié  de reconnaissances importantes sur le plan national, vient enfin de recevoir un « adoubement » à l’échelon départemental.

Outre cette reconnaissance de nos actions en faveur de la santé et de l’environnement (les deux étant intimement liés), l’accueil qui nous a été réservé et la prise de position sans équivoque du Président BONNET et des autres conseillers généraux présents (Pierre COUTAUD et François BRETIN), méritent d’être soulignés.

Très souvent nous avons eu l’occasion d’être « critique » envers les Politiques (sans  aucun clivage), que nous accusions de ne pas se positionner et de ne pas s’impliquer dans ce débat sur les pesticides et notre santé.

Aujourd’hui, force est de constater que la situation évolue favorablement et qu’enfin la prise de conscience et le courage politique semblent avoir atteint la sphère politique, en tout cas au niveau des instances départementales.

Je pense que Mme Bernadette  BOURZAI, au même titre que l’ensemble des Sénateurs ayant travaillé sur le rapport « Pesticides et Santé » ont influé sur le positionnement qui semble s’afficher aujourd’hui.
De même, la réorientation des discours de nombreux responsables agricoles et le verdissement de la PAC ont-ils favorisé la prise de conscience visant au changement des modes de cultures et l’abandon progressif des pesticides.

En tout cas merci à eux pour l’image qu’ils ont donné de notre département de la Corrèze à nos invités de l’association PHYTO-VICTIMES, venus spécialement nous accompagner à cette réunion pour nous assurer du soutien des agriculteurs conscients des risques et des souffrances qu’occasionnent les pesticides.
Une façon pour nous de marteler notre attachement au monde agricole et aux agriculteurs et de leur préciser que nous ne sommes pas en guerre contre eux mais bien contre les pesticides.
Cette réunion a été l’occasion de rappeler que les agriculteurs sont les premières victimes des pesticides, tant sur le plan sanitaire que économique.
En tout cas aujourd’hui, tout est mis en œuvre par les lobbys de l’agrochimie pour se déculpabiliser en accusant les agriculteurs sur leurs modes d’utilisation des pesticides. Ces personnes expliquent à tous que les produits ne sont pas dangereux si il sont bien utilisés. Ainsi ils renvoient la faute sur les seuls agriculteurs lorsque ces derniers sont malades. Un peu facile!

Cette réunion a également été l’occasion de rappeler que nous ne souhaitons pas stigmatiser une filière agricole plus qu’une autre, même si l‘indice de fréquence des traitements de certaines activités les met très souvent au centre de la scène.
C’est bien l’ensemble  des pesticides qui est visé par nos actions. Aussi bien ceux utilisés en Viticulture, que Arboriculture, Castanéïculture, Sylviculture… mais aussi sur les voies de chemin de fer (SNCF) comme sur la voirie et les espaces verts.   

Signature d’une Charte Zéro Pesticide:

La question des  pesticides utilisés sur le domaine public par les collectivités a donc également été au centre des discussions.
Ce domaine étant pour ce qui concerne les Collèges et la voirie départementale de la compétence propre du Conseil Général,  les réponses ne se sont pas faites attendre.
 Le président BONNET, par l’intermédiaire de Monsieur Pierre COUTAUD (Conseiller Général en charge de l’environnement)  a détaillé les mesures déjà prises et celles à venir.
Ainsi le Conseil Général de la Corrèze va signer dans les semaines à venir
  « la Charte Zéro Pesticide ».
Au delà, Monsieur BONNET nous a assuré qu’il allait tout mettre en œuvre pour convaincre l’ensemble des communes du département de la Corrèze à s’engager sur cette voie.
 Ainsi fini, le « glyphosate » sur les trottoirs, les caniveaux, le long des grilles d’écoles et pire sur les terrains de sport pendant que courent autour nos enfants!!!

Nous avons proposé que cette signature se fasse de manière symbolique, durant la 8ème semaine internationale pour les alternatives aux pesticides qui se tiendra du 20 au 30 Mars 201.
(Nous reviendrons sur nos actions en partenariat avec d’autres associations qui se tiendrons durant cette semaine).

Rappelons que l’association CORRÈZE Environnement   œuvre de manière remarquable pour accompagner les communes dans leur abandon des pesticides, à l’image  de certaines  de taille différente comme Saint-Viance, Tulle, Darnetz, Uzerche, Peyrelevade…

Le mérite de ces communes se doit d’être souligné: Liste des communes engagées

 Quant aux autres, gageons que pour la sécurité des employés municipaux et la santé de leurs administrés,  ils cesseront au plus vite de pulvériser sur les trottoirs des écoles, devant les commerces, ou sur les stades des pesticides à base de glyphosate, particulièrement dangereux, notamment pour les enfants!
L’arrêté du 27 juin 2011 devrait les y pousser.
Le médecin de notre délégation a eu l’occasion d’expliquer , à la demande du Président particulièrement attentif et à l’écoute, la nécessité d’abandonner les pesticides pour des raisons de santé mises en évidence par de très nombreuses études. Il a insisté sur les perturbateurs endocriniens et les désastres qu’ils entrainent avec leurs impacts notamment sur les personnes dites vulnérables (femme enceinte, enfant, personne âgée ou malade…).

Espérons qu’à l’instar de ce qui se fait en Dordogne, M. BONNET saura convaincre les maires (parfois peu enthousiastes) de la nécessité de s’engager sur cette voie de manière durable.

Pour ce qui concerne l’usage agricole, Monsieur BONNET, fera tout pour inciter à la prise de conscience.
 Nous lui avons demander d’encourager les conversions à l’agriculture biologique, parfois menacée par des activités voisines grandes consommatrices de pesticides.
Nous lui avons demandé d’être particulièrement vigilant dans les actions de promotion des produits de la région en veillant préalablement  à ce que  ceux-ci, par leurs modes de culture, ne présentent aucune menace pour la santé des populations ou l’environnement.
En tout cas que les aides accordées soient soumises à des engagements sincères sur ces questions là.

En synthèse  nous espérons et pensons très sincèrement que cette première rencontre donnera lieu à bien d’autres et à un partenariat visant à sensibiliser l’ensemble des utilisateurs de pesticides, y compris les particuliers, sur la nécessité à abandonner ces produits lorsque les alternatives existent.

Profitons de cet article pour remercier chaleureusement nos amis de Phyto-Victimes qui sont venus à nouveau à notre rencontre pour bien insister sur  les liens d’amitiés et de respect qui peuvent unir agriculteurs et riverains dans les actions de lutte contre les pesticides  :
« Agriculteurs,  Riverains, Citoyens,  Tous Victimes! »

Cette visite en Corrèze a également été pour Caroline CHENET et Jacky FERRAND durement éprouvés par les propos d’un responsable agricole qui ambitionne de prendre les destinés de la Chambre d’Agriculture de la Corrèze de faire le point .
 En effet,  dans l’article de LA MONTAGNE du 08/12/2012, ce responsable syndical  précisait lors d’une réunion de la chambre d’agriculture et en réaction à notre action en hommage aux victimes des pesticides :
 « – On doit privilégier l’économie à la sensiblerie ».
Gageons que ces propos n’engagent que lui et ne reflètent en rien la philosophie des  agriculteurs qui sont fiers de leur travail et s’attachent à produire des produits de qualité à destination des consommateurs que nous sommes.

Rappelons que cette opération dites des « croix blanches » avait  été menées conjointement par des particuliers mais également des agriculteurs.

Lorsque je lis les articles portant sur la campagne électorale des chambres d’agricultures je m’interroge de savoir :
– Si les attentes des consommateurs font partie des discours de campagne ?
– Si les inquiétudes des agriculteurs par rapport à leur santé le sont également ?
– Si la sécurité alimentaire est au centre des débats ?

Il semblerait effectivement que ces questions intéressent les agriculteurs de la base mais aussi les consommateurs.
Ces deux entités faisant partie de notre association, nous nous autorisons à reprendre leurs interrogations…et ne doutons pas que nous aurons des réponses…

One thought on “LE CONSEIL GENERAL DE LA CORREZE SE POSITIONNE

  1. Cette réunion avec les responsables-dont le président- du département de la Corrèze nous encourage pour l'avenir.Le monde agricole doit comprendre qu'il est une VICTIME, pas un ennemi.
    Notre combat est dirigé vers les produits phytosanitaires dont certains peuvent être dangereux pour l'homme et l'environnement, responsables de diverses maladies graves, voire très graves..voire…Il s'agit maintenant d'agir.Les décisions à prendre sont éminemment politiques. Les élections dans les chambres d'agriculture doivent être l'occasion d'une grande réflexion sur ce sujet.Un jour le monde agricole devra répondre de pratiques du passé,il sera seul car il ne pourra dire 'je ne savais pas'et il sera tout seul!! Jacky FERRAND

Laisser un commentaire