Pas de vacances sur le front des pesticides

Si la période estivale encourage au farniente, tout au long de l’été 2016, notre association a œuvré pour faire avancer les questions de santé publique en rapport avec l’exposition des populations aux pesticides.

Charte départementale, médiations, abrogations de l’arrêté  du 12 septembre 2006, rapport de l’ANSES sur l’exposition des professionnels aux pesticides : de nombreux sujets qui font que notre association poursuit son travail, toujours en relation étroite avec les structures nationales de Phyto-Victimes, Générations Futures, l’Amlp et bien d’autres.

Tout d’abord, sur le plan régional, de nombreuses réunions et rencontres ont permis d’avancer de manière importante sur la charte, n’en déplaise à la minorité de personnes qui voudraient que ce travail soit voué à l’échec.

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/correze/2016/06/21/le-monde-agricole-1correzien-divise-sur-la-charte-d-epandage-des-pesticides_11969625.html

Ce document est enfin finalisé. Il ne manque plus que la volonté de le signer ! Nous souhaitons le ratifier au plus vite au même titre que les arboriculteurs. La balle est aujourd’hui dans le camp des pouvoirs publics et des représentants des élus !

Cette charte, si elle n’est pas le reflet d’un changement de paradigme, au moins est-elle annonciatrice d’une prise de conscience généralisée et d’une volonté de mettre en place les premières mesures concrètes qui, au bout de 10 ans d’actions de notre association, répondent en partie à nos demandes.

Au-delà des mesures immédiates annoncées, ce qui est primordial dans cette charte c’est que, pour répondre à la demande du plus grand nombre des riverains, ce document n’est pas une fin en soi.

Il s’inscrit dans une démarche globale évolutive dont le bilan annuel permettra de réajuster si nécessaire les mesures prises, toujours en ayant pour objectif premier la protection optimale de l’ensemble des populations par rapport à l’exposition des pesticides.

En tout état de cause la signature devrait intervenir maintenant très vite. Nous voulons y croire !

Sur le plan national, nous sommes aujourd’hui engagés et suivons de près plusieurs dossiers dont :

La plainte pour homicide involontaire lié au décès d’un viticulteur, comme nos interventions pour mettre en contact plusieurs ouvriers arboricoles ou familles d’exploitant arboricoles témoignent de notre engagement en faveur des victimes des pesticides qu’elles soient professionnelles ou riveraines.

Concernant les riverains, plusieurs sont venus à notre rencontre avec l’intention d’entamer des procédures contentieuses, notamment par rapport à la non maîtrise de la dérive et l’absence de mesures efficaces pour y remédier.

Avec le soutien et le conseil de nos avocats, nous encourageons à des médiations et voulons croire en la charte pour régler une partie de ces problèmes.

Pour autant, si cette charte n’est pas signée très rapidement, nous assurons ces personnes que nous les accompagnerons dans leurs procédures dès lors que celles-ci sont légitimes. En effet, chacun a le droit d’être protégé de ces produits dont les mauvaises conditions de mises en œuvre et l’absence de mesure génèrent, au-delà du risque sanitaire, un trouble anormal de voisinage.

Nous reviendrons vers vous avant la fin du mois pour vous apporter de nouvelles précisions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *