Pour des mesures de protection efficaces des populations vis-à-vis des risques sanitaires des pesticides

Le 6 juillet dernier, le Conseil d’Etat a enjoint le gouvernement d’abroger un arrêté (du 12 septembre 2006) relatif à la mise sur le marché et l’utilisation des pesticides.

Or, cet arrêté est actuellement l’un des rares textes qui permettent aux salariés travaillant au contact des pesticides et aux riverains de zones cultivées de manière intensive de se protéger – a minima – de pulvérisations de pesticides toujours plus nombreuses. Ce texte indique les mesures de précaution que doit prendre l’agriculteur au moment des épandages : conditions météorologiques, délais de rentrées sur les parcelles traitées, zones sans traitement à proximité des cours d’eau, etc.

Alors qu’un nouvel arrêté doit être rédigé, un collectif de personnalités et d’associations, dont Allassac ONGF, se mobilise pour que le gouvernement améliore le texte en tenant compte du souhait massif de la population, des résultats d’enquêtes et des recommandations faites à ce sujet par plusieurs rapports d’experts.

La Charte de bonnes pratiques pour la pomiculture, en cours de validation en Limousin, et à laquelle notre association participe activement, pourrait ainsi servir de modèle pour une réglementation nationale davantage protectrice pour les populations concernées.

lettre ouverte aux ministres de l’Environnement, de l’Action sociale et de l’Agricuture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *